BREAKING NEWS

2000AD / Dredd part 2

bannière

On essayera avec cette seconde partie de ce dossier consacré à 2000AD / Dredd de plutôt compléter ce que Ad vous a présenté, il risque d’y avoir de la redondance mais nous allons minimiser les choses.

Dredd et ses origines

Judge Dredd est un personnage créé en 1977, en plein mouvement punk etc etc …, mais pour cela je vous renvoie directement à la première partie du dossier. Revenons non pas à nos moutons, mais à nos lois. dredd part 2Il a donc été créé en 1977 dans la revue 2000AD par John Wagner et Carlos Ezquerra, puis dans les années 90, il se verra affublé de son propre Magazine nommé : Judge Dredd Megazine.

Judge Dredd fait partie de ce nouvel ordre mis en place suite à l’éradication de la police en Amérique, car oui nous sommes en plein 23ème siècle et la terre n’est pas celle que l’on connait, ce n’est qu’un immense désert vide, sale et inhabitable, mais surtout cette Terre est remplie … en tout genre poussant la population à immigrer dans les mégalopoles, mais impossible de gérer autant de personnes sans police. C’est alors qu’a été créé les Juges, qui sont à la fois Juges, Jurés et Bourreaux avec comme adage principale « I am the Law ». Ces juges protègent Mega-City One, la plus grande mégalopole qu’il puisse exister, on l’a décrit comme s’étendant sur tout l’est de l’Amérique allant de Washington à New York, mais nous reviendront ultérieurement sur cette mégalopole. Parmi ces Juges, il y a le célèbre Juge Dredd, que l’on suivra de bout en bout et à chaque histoire, ce que l’on remarquera, c’est que nous n’avons jamais vu le visage de Dredd et que l’on compare souvent ce casque au bandeau de la justice et comme le dirait si bien Ad : « non pas qu’elle soit aveugle mais plutôt impartial ». Mais il fut un temps ou Dredd, n’était pas Juge.

A l’époque, ou l’on l’appelait encore Joseph (Joe) Dredd, fut accusé d’un meurtre, puis après avoir purgé sa peine, il revient à Méga-City One pour neutraliser son frère Rico (que l’on verra dans le premier film ave Stallone), après la mort de son frère, il se fera nommer Juge Suprême mais refusera ce titre pour rester un Juge de Rue ! Et techniquement, c’est là que l’on fait le lien avec le premier film, puisque le film s’inspire directement de ces origines. Alors certes certains diront que ce n’est pas Dredd car l’on voit son visage beaucoup trop, en même temps, mise à part cela, tout y est !

On finira cette partie origine avec un peu de Méga-City One puis on parlera des parutions de Dredd. Cette mégalopole est divisée en différents « blocs », voire de gigantesques gratte-ciels avec des capacités en terme de population à faire pâlir nos chers politiciens actuels. Dredd part 2On pourrait contenir jusqu’à 50 000 habitants avec une vie en total autarcie, sachant qu’un habitant d’un bloc peut vivre toute sa vie dedans, ils sont créés à cet effet, car ils sont pourvues : écoles, commerces, appartement et …. Cependant les lecteurs de Dredd ont pu découvrir une équivalence sur la côté Ouest avec Méga-City Two.

Dredd et ses parutions

SimonBPour les parutions, nous nous intéresserons surtout aux éditions françaises puisque pour le reste il faudra regarder du côté de 2000AD ou du Magazine Dredd. Car tout simplement Dredd pour être publié dans 2000AD est passé de mains en mains :
Fleetway puis Eagle Comics puis Quality Comics, mais nous n’oublions pas les cross over signés avec DC Comics comme l’excellent : « Judgement on Gotham » dessiné par S Bisley que Silverbob vous a présenté ultérieurement ou encore ceux signés chez Dark Horse avec des versus contre Predator et Aliens.

Dredd en France, c’est une histoire de « Je T’aime ! Moi non plus ! » car peu de récits ont été édités au final et cela très irrégulièrement comme vous allez le remarquer, ce qui est marrant de voir, c’est qu’au final on se rend compte que c’est un peu le serpent qui se mord la queue parfois. Au départ les Humanoïdes associés ont publié Dredd dans les années 80, rappelez-vous de plus dans la première partie on avait fait le parallèle entre 2000AD et Métal Hurlant le magazine
publié par les Humanoïdes Associés justement et le serpent se mordant la queue n’est pas fini puisque plus tard, cela a été publié aux éditions Comics USA et Editions USA (anciennement Glénat « Comics ») qui étaient dirigées par : Fershid Bharucha, si l’on se penche sur le cas de ce Monsieur, on se rend compte qu’il a à l’époque du lancement de Métal Hurlant été mandaté pour dénicher des auteurs et artistes outre atlantique pour Métal Hurlant.

Entre temps dans les années 90 suite à la sortie du film l’éditeur Arboris prendra le relais durant 4 ans pour sortir en 4 volumes : Légendes de Méga Cités !

En 2008, Fershid Bharucha part à la retraite et laisse donc les Editions USA derrière lui, c’est alors que Soleil et sa branche Soleil US Comics prend la suite de Dredd en publiant Heavy Metal Dredd et Judge Dredd : Mandroid puis tentera les intégrales pour à l’instar d’Arboris coller à la sortie du deuxième film nommé Dredd. Une fois encore, malheureusement la sauce Dredd ne prend pas en France,  pourtant : Judge Dredd encore plus que 2000AD n’est peut-être pas la machine à ca$$$h que sont les licences mainstream d’aujourd’hui via les films, mais, il faut avouer que ce personnage attire.

dredd part 2

Dredd aujourd’hui !

Malgré toute la bonne volonté des différents éditeurs en France s’étant succédés sur le personnage, on peut clairement se poser une question légitime qui est de savoir si le personnage n’est pas maudit. Car à part dans les années 80, les parutions VF sont toujours sorties lors de films pour surfer sur la vague, et cela a généralement tendance à marcher pourtant ça n’a quasiment jamais été le cas.

dredd part 2Après malgré avoir lu les éditions Arboris, j’étais trop jeune à l’époque pour me rendre compte de l’état du marché mais avec le retour de la licence chez Soleil, je peux parler plus à mon aise et il semble que malgré l’immense respect que j’ai pour Jean-Luc Istin, le choix des récits chez Soleil, n’a pas été le meilleur ! Pourquoi ? Enfin, je mets surtout en avant les intégrales, car certes Heavy Metal Dredd a (ou aurait) subi une certaines amputation, mais cela ne dérange en rien à mon sens. Non, non, en effet le souci serait plus axé sur les intégrales. Le choix, n’est pas si mauvais pourtant, car il permet de se lancer pleinement dans l’univers, mais, car il y a toujours un « mais », on est dans du Noir & Blanc des années 70 pour les première intégrales et c’est ici que je pense que cela pêche. A mon sens Soleil et Dredd aurait mérité de se voir relancer en France avec plus de récits équivalents à Mandroid et / ou Heavy Metal Dredd, pour imposer le personnage dans le panorama français.

En soit, il est vrai que le personnage est un minima maudit, car en termes de parution, cela n’a jamais véritablement marché, mais au cinéma non plus, si l’on prend le dernier en date de 2012 nommé simplement Dredd, et bien la suite que beaucoup attendait, ne verra jamais le jour ! Et aujourd’hui malgré une base de fans bien implantés, on peut se poser une question légitime qui est de savoir à qui correspond encore Dredd.

Et je ferme ce dossier bien amèrement car Judge Dredd malgré peut être cette image de violence qu’il projette est une véritable série à suivre pour ce qu’elle dénonce en général, certes pas toujours, mais dans son ensemble, on en avait parlé dans la partie 1, le fait de caricaturer une société en la projetant dans son possible futur est une chose qui même aujourd’hui marche encore et terriblement bien, mais Dredd, n’aura pas réussi à trouver son public en France ! Et l’ensemble de la rédaction croise les doigts pour revoir un jour revenir celui qui est la LOI et L’ORDRE ici !

dredd part 2

« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *