BREAKING NEWS

Dracula et son Butin!

bannière

Si l’on a vu en début de semaine, le dernier Doggybags mettant en avant la “suite” de Heart Breaker un doggybags signé RUN et Celine Tran et qui avait ce truc de déboîter sévère avec un style très ” Tarantino” et cet esprit vengeresque de l’héroïne! On a aussi adoré le spin-off, et si vous êtes passé à côté, on vous renvoi directement à la case départ!

Nous continuons donc avec Silver, la petite nouveauté du mois de Juin de la part de Glénat Comics qui traite en surface du même thème: Les Vampires. Cependant comme on le verra plus tard, on est bien loin de tourner sur le même registre.

Ce qu’il faut savoir avant de frotter la lampe magique de Dracula:

New York City, 1931. James Finnigan est un cambrioleur de génie. Son péché mignon ? Tout ce qui brille. Mais alors que son dernier boulot avant la retraite dégénère, cet as de la voltige tombe par accident dans une mystérieuse crypte sous les bureaux de la Fondation Harker. Il y fait une étonnante découverte : un lingot en argent issu d’un fabuleux trésor lié à une dangereuse légende en Transylvanie. Pour monter ce coup du siècle, il décide de rassembler une équipe des plus talentueux escrocs qu’il connaisse ! Rien ne va plus quand la fine équipe découvre qu’elle tente de dérober l’argent des vampires…Mêlant la mythologie vampire de Bram Stoker, les univers pulp façon années 1930 et tous les ingrédients d’un bon film de casse, Silver forme un cocktail détonnant d’action, d’humour et d’aventure !

{Dans vos Librairies} ou {Amazon}

Scénario : Stephan Franck
Dessins : Stephan Franck
Editeur : Glénat
Collection: Glénat Comics
Sortie : 2017

Toujours une lame d’argent!

En effet sur l’autre plan qu’est le Vampire: Silver et Heart Breaker sont incomparable. Ici on commence lors d’un braquage par l’un des plus grands voleur de son époque (nous somme en 1931), un nouvel Arsène Lupin en quelque sorte, et lors de se braquage qui va pas finir comme notre protagoniste le souhaiterait il va tombé sur un trésor hors du commun des mortels!

De ce fait, il formera la “pire” équipe pour en découvrir plus sur ce trésor, quel est – il vraiment ? Caché depuis tant d’années dans les mains des plus grands Vampires.

De cette équipe on retrouvera différents caractères de personnages, de l’égocentrique à l’excentrique à la valeureuse guerrière (petite fille de Van Hellsing), en passant également par l’enfant digne de voyance, …, cet ensemble de personnages plus variés les uns que les autres donneront à ce genre bon nombres d’aspect afin d’en faire une Grande AVENTURE!

Si tout se met en place plutôt tranquillement sur le premier acte, on avance très (trop) rapidement à mon sens sur le deuxième acte et donne une sensation parfois d’avoir loupé quelque chose. Malgré cela, c’est un bon récit d’aventure qui se lit comme on pouvait regarder un Indiana Jones dans les 80 selon moi.

L’argent en Noir et Blanc!

L’aspect Noir et Blanc hyper tramé et très encrer est un véritable bon point pour le récit, si parfois on a trop tendance à comparer ce genre de dessin avec le maître incontesté qu’est Mike Mignola, il faut aussi voir ce que peut apporter ce genre de dessin dans d’autre récit que ce que fait Mignola et ici S.Franck colle parfaitement avec l’ambiance très Pulp des années 30 que veut son récit, mais aussi dans ce côté mythologique du Vampire avec aspect “sombre”.

Il est vrai que lorsque l’on a vu et lu du Mignola (je pense à des récits en N&B très encrés comme Batman: Le Sanctuaire). la comparaison se fait indéniablement, cependant, je pense qu’il faut voir plus loin et voir qu’ici par exemple S.Franck utilise sans arrêt le tramage lui permettant  de jouer encore plus sur les ombres et d’assombrir par la me^me occasion son récit sans trop jouer sur le Noir.

Si certains pourraient regretter pour certain un trait , pas sassez détaillé et rendant les scènes d’action parfois pas assez dynamique, il faut à mon sens clairement le voir comme quelque chose de plus “posé”, comme si vous regardiez un vieux films des années 30 / 40.

Un Vampire sans son Argent!

Stephan Franck assure le travail de A à Z et si le côté aventure avec un grand A m’a plu, j’émet quelque réserve sur le dessins trop inégal.

Histoire

Empruntant aux codes du Pulp des années 30, ce récit d’aventure au plus large de son terme, marche parfaitement et donne au lecteur une véritable impression de suivre un Indiana Jones dans une ambiance plus mystique.

Dessins

Avec un trait parfois inégale, S.Franck fait tout de même le boulot dans une ambiance en Noir et Blanc appuyant clairement l’ambiance voulu dans son récit, mais qui parfois le fait au détriment de l’action!

Général

Une belle découverte que nous a réservé Glénat ici et j’avoue que suivre les aventures de ces protagonistes m’intrigue encore plus au vu de la fin! Je n’en dis pas plus pour ne pas Spoiler bien évidemment mais c’est un récit tout de me^me dynamique que vous lirez et il risque d’y avoir ce petit gout de : “reviens y”!

Ecrit par: Robin M
Mise en page par: Robin M
Corrigé par: Julien B
Comics Ovore le site qui dévore les plan … comic-book
«

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *