BREAKING NEWS

Heroic Legend of Arslân #1

Banniere

On ouvre le bal de la Review Manga avec Heroic Legend of Arslân. Il était impensable de lancer ce nouveau type de review sans un titre fort, « All you Need is Kill » paraissait être une bonne pioche puisque que c’est l’adaptation du roman éponyme que vous avez surement découvert sous le nom de Egde of Tomorrow dans les salles obscures ou sur votre petit écran à la maison, et puis surtout que l’œuvre d’origine pour ne pas changer, est bien meilleure que le film. Mais si je vous dis ça, c’est bel et bien parce qu’il ne servira pas à cela, mais on y arrive assez rapidement.

En effet, j’ai craqué inévitablement pour la nouvelle œuvre d’Arakawa. H et si le lecteur de Comics que tu es tu te demandes qui est cette personne, je vais te citer son plus grand succès qui n’est autre que Full Metal Alchemist à mon sens l’un des meilleurs Manga que j’ai pu lire, parmi lesquels on peut citer les saints-pères évidemment comme Akira, Dragon Ball, Death Note, Naruto, One Piece, Gantz, …

Et si parmi ces grands noms on retrouve beaucoup de Shonen (Manga pour ado), on trouve parfois ces Mangas qui flirtent entre Shonen et Seinen (Manga pour Adulte), qui le font bien, comme il faut et où il faut et c’est à mon sens ce qu’est FMA (Full Metal Alchemist).

FMA

N’ayant pas lu d’Arakawa depuis FMA, cette nouveauté était tentante, surtout que ce qu’elle a fait derrière n’a pas eu un franc succès commercial comme FMA et que beaucoup de fans attendaient grandement ce nouveau manga ! Avant de rentrer dans le vif du sujet, on va parler du contexte du Manga sous deux formes, premièrement sur l’édition de Kurokawa. Il est important de noter qu’ici l’éditeur a voulu mettre le paquet pour cette sortie avec seulement pour les premiers tirages une édition limitée incluant des pages couleurs, une sur-jaquette avec dorure, des bonus et une interview de l’auteur et cela sans débourser un copec de plus qu’en temps normal! La deuxième chose que je souhaitais aborder est le fait que ce manga est une sorte de préface aux « Chroniques d’Arslân », un roman en 14 tomes (pour l’instant) de Tanaka Y puisque l’histoire prend place quelques années avant. Il n’y aura aucun lien entre les romans et cette préface en Manga dans l’article qui suit !

Comme pour la review Comics, on fait un point et on arrive :

The Heroic Legend of Arslän : À la frontière de l’Orient et de l’Occident se trouve le prospère royaume de Parse tenu d’une main de fer par le redoutable roi Andragoras. Avec sa frêle carrure et son maniement approximatif des armes, difficile pour le jeune prince Arslân de revendiquer son statut d’héritier du trône. Alors âgé de 14 ans, il va prendre part à sa première bataille afin de repousser l’envahisseur dans la plaine d’Atropathènes. Un jour marqué du sceau de l’infamie qui fera basculer à jamais son destin et celui du royaume de Parse.

{Dans vos Librairies} ou {Amazon}

Scénario : Yoshiki Tanaka
Dessins :Hiromu Arakawa
Editeur :Kurokawa
Sortie : 2015

Heroic Arslan (2)

Qui est-il ?

On va suivre les péripéties du jeune prince Arslän dans un récit rudement bien mené qui sait prendre ce qu’il faut, quand il faut surtout avec des sentiments, de l’épique, de la prise de conscience sur les différences et j’en passe …, pourtant malgré cela et un schéma au final très ressemblant à FMA, il y a ce quelque chose qui manque à accrocher le lecteur. Ce qui est bizarre également c’est d’avoir à la fois une histoire qui prend son temps dans la construction afin de ne pas perdre le lecteur immédiatement dans une bataille, mais d’avoir également une histoire riche et très dynamique. C’est un peu comme si le récit avait le cul entre deux chaises voulant se positionner dans le Shonen pur et dur pour amener un maximum de lecteurs, mais aussi dans le Seinen se voulant plus adulte de par son contexte et ce qu’il essaie de transmettre.

Si FMA jonglait aussi sur ce terrain, cela était fait bien plus habilement car ceci se ressentait sur l’ensemble de l’œuvre. Ici déjà rien que sur le premier tome cette façon de faire tirant la corde un coup à droite, un coup à gauche est présente et si ça permet de tenir en haleine le lecteur, ça peut être assez déstabilisant !

J’avoue avoir perdu un peu l’habitude du Manga et ce que je lis en général reste du Seinen, ce qui expliquerait surement ce ressenti !

Malgré ce ressenti, il faut avouer que l’ensemble du tome est bon, que j’ai pris du plaisir à lire à nouveau du Arakawa, que l’on ne s’embête pas une seule seconde quand parfois certains tome 1 mettent en place des intrigues à rallonge ne servant qu’à allonger le récit, ici on sent clairement que ce n’est pas le cas, et il faut souligner ceci car bien trop rare à l’heure actuelle !

Du 100% FMA

Heroic Arslan (5)

Img de MangaSTREAM

Impossible de ne pas reconnaître l’auteur derrière, le trait si caractéristique de l’auteur est présent aux 4 coins de l’ouvrage et on reconnait quasiment trait pour trait le fameux Edward de FMA dans le personnage de « Arslân », ou encore Scar dans un personnage de la garde du Roi. Je ne vais pas en citer plus, vous m’avez compris. Alors pour les non-initiés aux mangas, c’est le genre de pratique courante mais parfois déstabilisante car l’identification que l’on peut se faire via le (un) personnage peut être biaisée ! Pourtant, on a plaisir à redécouvrir un auteur qui nous a tant marqué, il y a de ça une bonne dizaine d’années avec son style sachant allier simplicité et travail très soigné, hyper détaillé.

Je m’en excuse auprès des passionnés mais il y a certains Mangakas qui continuent avec LEUR style pour le plaisir des « fans ». Prenons Toriyama malgré tout le respect que j’ai pour un mangaka de cette envergure et pour l’ensemble de ses œuvres, les jeux Dragon Quest perdent de plus en plus en âme car on veut continuer à promouvoir la série via Toriyama !

Alors qu’ici Arakawa, arrive à changer du tout au tout malgré un trait quasiment identique et c’est le genre de choses qui m’inspire beaucoup de respect

Heroic Arslan (1)

Img de MangaPanda

L’aparté étant fini, j’en reviens à l’ouvrage : Ce que j’adore sur ce genre de « Shonen » car si le scénario arrive à prendre ici et là, visuellement Arakawa fait du Shonen dans tout son art, c’est surtout le fait de ne pas être perdu dans l’action. Tout reste très lisible, et la bataille qui s’est profilée durant le tome 1 ne laisse aucune place à une quelconque incertitude comme parfois l’on a avec des batailles au final trop épiques pour l’auteur. Arakawa est tout simplement à mon sens un génie de la simplicité !

 

 

 

 

Une lignée = Un destin !

Heroic Arslan (4)

Img de MangaPanda

J’ai eu beaucoup d’attente sur ce tome, beaucoup plus que sur ce que l’auteur a fait après FMA (et donc avant cela), peut être que le thème ici abordé me parle plus également car même si nous grandissons, nous restons de grand enfants, les gouts évoluent. Et l’attente au final est assez décousue, surtout sur le plan scénaristique. Il y a un « jenesaisquoi » qui manque pour faire de ce premier tome une réelle accroche, malgré tout on en reparle avec le second tome à venir en Juillet, tout simplement car la lecture et le visionnage de FMA date d’il y a bien 10 ans et certains souvenirs peuvent être complètement obsolètes par rapport à une certaine nostalgie. C’est pour cela que, cette review restera dans la retenue avant la lecture du deuxième tome ! Il y a des très bon points, et d’autre moins !

Je tiens à noter néanmoins le fait que l’éditeur a beaucoup mis en avant cette nouvelle série via une édition limitée pour premier tirage donnant une réelle plus-value au support de base et ravissant bien évidemment les fans de la première heure !

Ecrit par: Robin M
Mise en page par: Robin M
Corrigé par: Phoenix Noire
Comics Ovore le site qui dévore les plan … comic-book
« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *