BREAKING NEWS

Judge Dredd: Mandroid

bannière

JD Mandroid

Après la déception que fut Heavy Metal Dredd, on va vous parler de Mandroid paru également chez Soleil à la … quasiment même période et qui s’avère bien meilleur dans tous les sens du terme. Pourquoi meilleur ? C’est ce que l’on essaiera de vous démontrer ultérieurement.

Mandroid, cependant, n’est pas forcement ce qu’un débutant ayant découvert Judge Dredd sur le tard pourrait apprécier. En effet, il est plutôt porté vers l’enquête avec un Dredd un peu excentré pourtant, on ne boude pas le plaisir de le voir intervenir !

Ce que l’on regrette déjà, c’est que Soleil n’ait pas pu aller jusqu’au bout en publiant l’intégralité des récits tournant autour du « Space Corps », certainement à cause de ventes trop peu élevées. Ce qui est dommage en soi, car pas mal de choses auraient pu être développées autour et, si ce volume est un récit complet, on aurait clairement aimé voir le reste.

Mais pour la question du manque à gagner de Judge Dredd, on attendra la deuxième partie du dossier (sûrement fin de semaine prochaine), pour vous expliquer tout cela ! Comme d’habitude, on se balance un petit récap et on enchaîne sur ce que vaut cet album !

Avant de défier la LOI, ce qu’il faut savoir :

JD MandroidJudge Dredd Mandroid : Nate Slaughterhouse est le vétéran d’une guerre sanglante menée sur une planète extraterrestre. Déchiqueté, écrasé, brisé puis reconstruit, Nate devient plus une machine qu’un homme : un Mandroid ! Quand Nate revient à Mega-City One, il découvre qu’il est incapable de faire face à sa nouvelle existence et, après une attaque vicieuse contre sa famille, il décide de se tourner vers l’autodéfense. Mais il n’y a de place que pour une seule loi dans la cité du crime … Celle de Judge Dredd !

{Dans vos Librairies} ou {Amazon}

Scénario : John Wagner
Dessins : Kev Walker / Simon Coleby
Editeur :Soleil
Collection : Soleil US Comics
Sortie : 2011

Méga-City One n’a qu’une loi !

Avec John Wagner, on est sûr d’avoir un très bon Dredd. C’est un peu la tête pensante de Dredd, celui qui lui donne tant d’importance, celui qui fait que Dredd est Dredd. Et encore une fois Monsieur Wagner nous prouve qu’il sait écrire, puisque si l’histoire n’est pas over centrée sur Dredd, le personnage reste indispensable au dénouement de l’enquête et à l’histoire de Nate ! Et Wagner ici assure parfaitement son récit en y insérant au final quasiment tout : romance, tristesse, enquête policière, action (violente parfois), …Mais ce Mandroid, c’est aussi la montée crescendo d’un perso qui va tout perdre et sera capable de tout pour sa famille. Et en soi, même si cela ne parait pas au départ, et si cela reste du Dredd, ce récit véhicule de véritables valeurs et les défend !

JD MandroidJ’avoue qu’après re-lecture et re-re-lecture, cette histoire est toujours un plaisir car, au final, elle est très humaine et défend certaines valeurs de notre vie de tous les jours. On sent une véritable implication, presque émotionnelle, de la part du scénariste.

Je n’en dirai pas vraiment davantage, car je pense qu’il faut vraiment se faire une idée en le lisant. En dévoiler plus risquerait le spoil et vous gâcherait certaines surprises !

La LOI, n’est pas propre !

Ce qui est marrant, après vous avoir présenté Heavy Métal Dredd, c’est que ce volume est finalement très soft visuellement, que ce soit avec le trait de Walker ( et/ou Coleby car très proche au final pour ne par perdre le lecteur) ou dans la colo et d’ailleurs ça a même tendance à être froid en termes de lecture. Il n’y a pas tout ce que Heavy Metal Dredd faisait en mettant des colo vives, violentes et j’en passe. JD Mandroid Ici le froid installé, encore une fois tant par le dessinateur que le coloriste, appuie réellement le récit car même s’il y a de l’action, le genre présent ici colle bien plus parfaitement à l’ambiance qu’a mise en place Wagner.

Après, il faut savoir que ce n’est pas non plus la claque du siècle. C’est plutôt simple, sans « m’as-tu vu », mais est-ce ce qu’on en demande ? Pour cela il y a le mainstream ! Si Dredd devenait du tape à l’œil pour vendre, on perdrait sûrement en saveur et, l’ambiance austère qui se dégage des ¾ des parutions Dredd perdrait en valeur, ce qui serait bien dommage.

Alors, il est vrai que cela ne plaira pas forcement à tous, mais c’est ce qui fait aussi la force du récit : se démarquer par un visuel simple permettant de rendre au récit ses lettres de noblesse et, sur ce point, Judge Dredd : Mandroid a tout pour plaire !

 

Une LOI ! Un Juge !

Enfin, on rentre dans le vif du sujet en vous proposant un indispensable du Juge en VF et encore trouvable, si ce n’est pas beau ça ! Un indispensable car c’est vraiment très bien écrit, un peu simple sur le plan graphique, mais cet aspect apporte tellement à la narration que l’on en oublierait parfois ce manque. C’est en outre une entrée en matière plutôt sobre. Certes Dredd n’est pas le héros de l’histoire, mais sans lui l’intrigue n’existe pas non plus et ses interventions sont légitimes !

Vu ce qu’il reste de cette licence aujourd’hui, il apparaît que ce Mandroid est à se procurer pour découvrir le personnage ! Un excellent récit !

Ecrit par: Robin M
Mise en page par: Robin M
Corrigé par: Phoenix Noire
Comics Ovore le site qui dévore les plan … comic-book
« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *