BREAKING NEWS

La Promise d’Ultron

bannière

Qu’on apprécie ou pas les films Marvel, il faut bien reconnaitre qu’ils ont au moins l’avantage d’encourager Panini à sortir ou ressortir des titres en conséquence. C’est dans ce contexte que parait le recueil consacré aux Avengers intitulé La Promise d’Ultron. Evidemment, le titre est choisi pour interpeller le fan des films de Marvel et il faut tout de suite signaler qu’Ultron est peu présent dans ce volume. Toutefois, c’est avec plaisir que le lecteur se replonge dans ces aventures des Avengers datant des années 1976-1977.

Personnellement, c’est une période que j’affectionne et j’avais envie de retrouver l’ambiance de ces années là avec une équipe qui doute et qui se recompose, des personnages parfois peu sûrs d’eux qui en font des humains plutôt que des machines à cogner. Par ailleurs, le panel de dessinateurs présents dans La Promise d’Ultron a de quoi réjouir puisqu’on y trouve Don Heck, Sal Buscema – que j’affectionne particulièrement pour son travail sur Rom – George Pérez et le grand John Byrne. Si vous faut une bonne raison pour parcourir cet ouvrage, la qualité des dessinateurs fera l’affaire. Si vous n’êtes pas convaincu, dites-vous que le scenario est de Jim Shooter, le type qui a pondu Secret Wars, et allez-y.

Ce qu’il faut savoir avant de filer au Rassemblement

MVintage-AvenBrideUltron_cover_f.inddDans le milieu des années 1970, l’équipe des Avengers est en crise – comme souvent – certains membres sont là épisodiquement, d’autres ont du mal à trouver leur place dans l’équipe. Le retour de Wonder Man, revenu d’entre les morts, complique encore les choses et crée des tensions avec la Vision. Pourtant, le nombre de batailles que vont affronter les Avengers dans ce recueil ne leur laissent pas beaucoup de répit pour leurs états d’âme.

{Dans vos Librairies} ou {Amazon}

Scénario : Gerry Conway / Jim Shooter
Dessins : Don Heck / Sal Buscema / George Pérez / George Tuska / John Byrne
Couleurs : Don Warfield / Charlotte Jetter / Doc Martin / David Anthony Kraft / Roger Slifer / Jim Shooter / Phil Rachelson
Editeur : Panini
Sortie : 2015

Qui se ressemble s’assemble ?

On attaque fort puisque dès la première page, le manoir des Avengers subit l’attaque d’un ancien membre de l’équipe changé en pierre : le chevalier noir. Ce retour en fanfare n’est pas bon signe pour les Avengers. Ces épisodes sont marqués par la multiplicité des dangers que doit affronter l’équipe et par les doutes et les recompositions que connaissent nos héros. Wonder Man vient de revenir d’entre les morts et partage son essence et ses sentiments avec la Vision. Lequel des deux est l’original, qui mérite le cœur de Wanda ? Wonder Man est encore hésitant sur son rôle au sein de l’équipe et la peur de la mort l’empêche de réaliser son potentiel. Les autres membres de l’équipe ne sont pas forcément plus sûrs d’eux comme le Fauve qui réalise qu’il est avant tout un acrobate et un savant et qu’il a du mal à faire la différence dans les combats. Primise Ultron (2)Thor ne fait que des apparitions et ne fait plus partie des Avengers a plein temps. Quant au leader, Iron Man, il est aussi tiraillé entre ses problèmes personnels et son rôle de chef qu’il a donc du mal à assumer à plein temps. Ajoutons à cela les soucis d’Ant Man en pleine dépression épaulé tant bien que mal par la Guêpe et on a une équipe qui n’est pas au mieux de sa forme. On pourrait croire que tous ces soucis seraient un frein à l’histoire et nuiraient à son rythme mais tel n’est pas le cas. On a ici un groupe composé de personnages dotés de superpouvoirs mais qui restent avant tout des humains.

Une déferlante d’adversaires : quand les héros prennent cher

Primise Ultron (3)La Promise d’Ultron démarre fort avec l’attaque du chevalier noir et tout le volume suit ce même rythme : pas de répit pour les braves. A peine remis, les Avengers doivent affronter le terrible Graviton, subir le retour du Moissonneur, le frère de Wonder Man, affronter un Ant-Man amnésique. L’équipe exténuée se retrouve opposée à Ultron qui veut transférer l’esprit de la Guêpe dans un androïde destiné à devenir son épouse. Les Avengers mettent ensuite une peignée à Typhon et le volume se clôt sur un combat d’anthologie contre le comte Néfaria bien connu des X-Men pour avoir causé la mort de Thunderbird. C’est avec cette dernière bataille qu’on referme La Promise d’Ultron avec un sentiment de satisfaction. Pas un instant de répit, les Avengers sont toujours au bord de l’annihilation et malgré quelques retournements de situation un peu faciles – les apparitions de Thor par exemple, toujours au bon moment – on apprécie la difficulté et les périls que les héros doivent affronter avant de surmonter l’adversité.

Une promise qui tient ses promesses

Primise Ultron (4)Evidemment, si vous ne vous attendiez à voir que du Ultron, vous pourrez éventuellement être un peu frustrés, mais sincèrement, La Promise d’Ultron est un très bon moyen de découvrir ou de redécouvrir ces années 1970, années fastes pour les Avengers où  l’équipe se recompose et fait face à des menaces diverses. L’archétype des vilains présents dans ce volume est parfois un peu répétitif : le vilain est avant tout un type tout seul qui veut se venger du groupe et qui abat les Avengers jusqu’à un ultime renversement de situation mais c’est bien fait, bien amené, bien exécuté graphiquement. Ne vous privez pas de ce petit plaisir.

Ecrit par: Phoenix Noire
Mise en page par: Robin M
Corrigé par: Phoenix Noire
Comics Ovore le site qui dévore les plan … comic-book
« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *