BREAKING NEWS

Letter 44 #1

bannière

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Glénat Comics offre une réelle diversité dans ses parutions et aborde de nombreuses thématiques susceptibles de toucher des publics variés. Si Lazarus revisite la thématique de Roméo et Juliette avec des familles à tendance mafieuse, si Furious dénonce la surmédiatisation, Letter 44 offre un ouvrage davantage tourné vers les manœuvres politiciennes et la science-fiction montrant ainsi que les deux sujets ne sont pas incompatibles, loin de là.

Que vous soyez adepte des théories du complot ou persuadé de l’existence d’une intelligence extraterrestre, ce titre est fait pour vous.

Ce qu’il faut retenir avant d’ouvrir la lettre 44

LETTER 44 1Alors que Stephen Blades devient le 44e président des Etats-Unis et s’apprête à entrer en fonction, il se voit remettre une lettre de la part de son prédécesseur honni, Francis T. Carroll. Ce dernier justifie la dilapidation de milliards de dollars et l’envoi de troupes américaines en guerre aux quatre coins du globe par l’existence d’une menace dont l’existence est tenue secrète. Il s’agit d’une potentielle menace extra-terrestre présente dans une ceinture d’astéroïdes située entre Mars et Jupiter. Un vaisseau alien, baptisé « le lustre » par les autorités américaines, s’y livre à des activités dont personne ne sait si elles ont un but pacifique ou militaire. Pour tenter d’en savoir plus, une expédition mêlant scientifiques et militaires est partie dans le secteur à bord du Clarke.

{Dans vos Librairies} ou {Amazon}

Scénario : Charles Soule
Dessins : Alberto Jimenez Albuquerque
Editeur : Glénat
Collection: Glénat Comics
Sortie : 2015

« On nous cache tout, on nous dit rien »

Le scenario est dans l’ensemble assez classique pour ce genre d’histoire. L’homme politique arrivant au pouvoir suprême, pétri d’idéalisme est vite rattrapé par la réalité. Les choix de son prédécesseur, que Stephen Blades condamne et contre lesquels ils s’est battus étaient-ils réellement néfastes ? La politique est-elle faite de vérité et de bons sentiments ou doit-elle s’accomoder de multiples compromis ? Peut-on sauver ses concitoyens par le mensonge ou en pratiquant l’omission ? La vérité est-elle nécessaire au bon gouvernement ?

Letter 44 pourrait tout à fait illustrer un devoir de philo, sans que l’on soit obligé de prendre un cachet d’aspirine toutefois. Letter 44 plaira aux amateurs de complots qui pensent que derrière tout acte apparent se cachent d’obscures manœuvres destinées à dissimuler une vérité dérangeante.Letter 44-2

Toutes les ficelles du genre sont utilisées par le scénariste, Charles Soule : un président honnête accompagné de sa femme qui l’épaule de manière indéfectible, un bras droit fidèle et dévoué, des militaires réticents, des traitres de tout poil dont on ne sait pas forcément pour qui ils travaillent, des assassinats, bref, le panel complet du parfait ouvrage de politique-fiction.

La vérité est ailleurs

En parallèle, se jouent les relations avec cette potentielle menace extra-terrestre dont on ne sait finalement pas grand-chose sinon qu’un vaisseau alien se promène entre Mars et Jupiter. Il suffit de cela pour que les humains –en l’occurrence les Etats-Unis – y voient une menace et envoie un vaisseau dans les parages.

Letter 44-3De manière classique, les membres de l’équipage se répartissent entre militaires, scientifiques et mêlent hommes et femmes dans un même destin. Les militaires sont là encore traités de manière classique : ils sont impulsifs et ont le sens du sacrifice tandis que les scientifiques répondent également aux poncifs du genre : ils sont curieux et maladroits. Cet équipage rappelle parfois ceux qu’on trouve dans les films Alien. Une chose inattendue arrive au sein de cette équipe, mais on ne sait pas si cela va souder les membres de l’équipage ou au contraire les diviser.

La rencontre avec les Aliens est assez étonnante et on reste sur notre faim en refermant ce premier volume. Si vous vous attendez à voir des gros monstres et du sang partout, ce n’est pas pour tout de suite, c’est plutôt déroutant et bien vu car le suspense est maintenu et vous serez obligé de prendre le tome 2, bande de petits impatients !

Letter 44 : un mélange d’X-Files et de Rencontre du troisième type ?

Letter 44-4Mêler une intrigue politique et une présence alien n’est pas forcément d’une grande originalité. Comme nous l’avons souligné, Charles Soule sait très bien manier tous les concepts et les assembler pour donner une histoire propre et de qualité. Si vous cherchez l’originalité, vous n’y trouverez peut-être pas votre compte, mais Letter 44 est une lecture agréable et le suspense est bien amené ce qui pousse à continuer, ne serait-ce que pour savoir comment va évoluer ce président en apparence si naïf et si idéaliste et comment l’équipage va se sortir de sa première rencontre avec le monde extra-terrestre.

Graphiquement, le travail d’Alberto Jimenez Albuquerque est propre, les visages sont taillés à la serpe, soulignant les traits de caractère de ses personnages qui répondent là aussi aux codes du genre : un président bel homme à l’air sévère, une première dame au physique avantageux sans être vulgaire et des comploteurs… aux allures de comploteurs ! Son dessin s’exprime avec bonheur sur les planches qui évoquent l’espace et on sent son goût pour les vaisseaux dans leur traitement soigné.

En conclusion, si vous aimez les œuvres de politique fiction mâtinées de rencontres du troisième type, ce titre devrait vous plaire, si vous n’êtes pas sensible à ce genre d’univers, vous n’accrocherez pas. Comme je suis plutôt dans la première catégorie, je poursuivrai ma lecture car ce titre pourrait bien monter en puissance dans le prochain tome. A vous de voir car de toute manière…la vérité est ailleurs !

Ecrit par: Sonia D
Mise en page par: Robin M
Corrigé par: Sonia D
Comics Ovore le site qui dévore les plan … comic-book
« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *