BREAKING NEWS

Mikros et Photonik

bannière

mikros&photo

Pour être franc, que ce soit Mikros ou Photonik, ils n’ont jamais été trop lus par la rédaction, tout simplement pour une seule et bonne raison, soit nous ne lisions peu de comics à cette époque soit certains n’étaient pas nés et puis comme beaucoup nos premières lectures furent du Marvel / Dc Comics (en suivant avec beaucoup du Image Comics publié chez Semic), et il est vrai qu’entre le peu d’argent et le mainstream, on ne pense pas toujours à se pencher sur d’autres choses que ce genre de valeur.

Pourtant au détour d’une brocante, un jour j’y avais trouvé des Titans et des Photonik, je m’étais laissé tenter mais n’en gardait pas un souvenir intarissable. J’avoue qu’avec cet essor autour du French Comics à n’en plus finir, je me suis dit : « merde, il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis après tout », alors je me suis pris ce Mikros & Photonik.

Vous parler de ce comic-book, qui réunissait 2 héros et 2 univers créés par M. Jean-Yves Mitton, à n’en pas douter : LE Papa des Comics Français, ça permet de découvrir plus sur chacun, de voir si nous avons vraiment été con ou pas en zappant cela, hé bien, apparemment oui toujours mais moins du coup, car cela a plu, pour autant certaines choses chagrinent. Comme d’habitude au final, y a des choses qui ont changé en 2015, d’autres qui changeront mais pas celle-ci !

En achetant cet ouvrage, je me suis demandé pourquoi il y avait un tel engouement envers ces personnages là, je veux dire ceux-ci particulièrement, l’époque Titans a été une époque prolifique pour les super-héros français.

Ce qui est sûr et en ressort, Photonik est les plus apprécié des super-héros français de cette époque et puis l’important reste à savoir ce que ce volume vaut !

Ce qu’il faut savoir avant d’affronter l’Ombre avec la Lumière:

mikros&photoMikros et Photonik : L’ombre et la Lumière : Avant de devenir Mikros, le super-héros microcosmique aux côtés de Saltarella et de BigCrabb, Mike Ross était entomologiste à Harvard, et un athlète de niveau olympique. TaddeusTenterhook était un jeune homme bossu qui survivait à New York. Victime d’un accident, il fut transformé en Photonik, le héros luminescent flanqué du génial Professeur Siegel et du bondissant Tom Pouce. Alors que nos deux équipes de super-héros coulent des jours plus ou moins heureux sans avoir pris une ride, ils vont devoir s’unir face à un ennemi qui dépasse l’imagination, et menace l’humanité toute entière…

 {Dans vos Librairies} ou {Amazon}

delcourtScénario : Jean-Yves Mitton
Dessins : Jean-Yves Mitton / Couleurs: Reed Man
Editeur : Delcourt
Collection: Comics Fabric
Sortie : 2013
(Mikros : Création Originale de Mitton
Photonik : Création Originale de Tota)

Cette lumière nous éblouit

Attaquons directement et chose rare, par le visuel de ce comics. Forcément, quand on évoque en dessinateur le papa des comics made in France « Jean-Yves Mitton », on sait pertinemment que ce sera « old-school » comme trait, ce trait typique des 80’s qui est cher à certains (Chris Malgrain si tu me lis).

Ce n’est pas du tout ce que j’aime en terme de lecture car je trouve souvent ce style fade au niveau expressions des personnages a contrario des 90’s.

mikros&photoEt malgré ce genre de choses, le pied pris avec ce crossover Mikros & Photonik a été monstrueux, car il faut quand même bien l’avouer Mitton fait un travail de titan (c’est le cas de le dire) sur l’album, faisant clairement oublier ce côté vieux comics des années 80 que je trouve parfois pas génial et souvent bien trop proche de ce qui se faisait à l’époque en Franco-Belge, comme si les comics français de cette époque n’avait pas su prendre leur propre chemin.

Ce Mikros et Photonik a tellement été apprécié, que lors de la venue de Mitton sur Chambery (Voir l’album dédicaces de Mitton) pour ses ouvrages chez Original Watt, l’achat de l’Archer Blanc et Special Origines Sup’Heros (Voir du côté des Partenaires pour en savoir plus sur Original Watts) était inévitable. Quel monsieur ce Mitton !

Est-ce une révélation?  Aucune idée car lire de bonnes histoires et prendre du plaisir visuel est le mot d’ordre pour n’importe quelle lecture, et parfois que l’on aime ou pas, il faut tenter l’expérience ailleurs, de plus, parfois la limite entre Franco-Belge et Comics est minime. En tout cas, l’expérience a été tentée ici et n’a pas été regrettée. Ce qui est admirable sur ce Mikros et Photonik, c’est de voir un Mitton, à n’en pas douter qui assure encore, sans oublier la colorisation de Reed Man rendant ce comics encore plus nostalgique pour certains je présume et pourtant, même si ce n’est pas mon cas, il faut lui reconnaître un sacré travail !

Il n’y a rien d’arrogant dans les propos du dessus, c’est tout simplement que je trouve admirable quand l’on va fêter sa 70ème bougie d’être toujours aussi actif et de n’avoir pas perdu un seul coup de crayon.

Une tour qui sépare nos héros

C’est un peu la même chose, scénaristiquement parlant que visuellement. N’ayant que très peu ouvert de Mikros, Photonik ou encore les parutions de l’époque qu’étaient Titans et Mustang, ce volume a été pris comme il venait et si on peut trouver l’histoire simpliste, elle a été un bon point d’entrée dans ces univers pour nous et, à titre personnel, je pense qu’elle peut l’être pour beaucoup, car on ne perd pas le lecteur avec 50 milles choses. Ce qui est plutôt marrant, c’est de constater que ce mélange au départ faisait très, très français, avec ce côté à la limite du Franco-Belge, mais n’oublions pas d’où vient M. Mitton. Pourtant, la suite s’avère être bien plus proche des comics mainstream que l’on connait avec la réunification de 2 grands héros français luttant contre un ennemi commun.mikros&photo

Mitton mène rudement bien sa barque puisqu’il arrive à rendre épique le récit au fur et mesure que l’on avance, à le parsemer de ces petites choses qui teintent de suspense l’histoire. C’est ce qui fait que le récit marche. Car si l’on prend les grandes lignes : Des super-héros « à  la retraite » reviennent sur le devant de la scène malgré eux pour combattre un ennemi commun. Il n’y a pas grand-chose et pourtant à chaque page lue, on a envie de tourner la prochaine pour savoir ce qui va se passer.

La Lumière a vaincu l’Ombre

J’avoue que lors de mon achat, j’étais moyennement convaincu mais je voulais le faire car cela m’intéressait un minimum. Pourquoi ? Tout simplement parce que ces héros sont de chez nous ! Que j’aime lire ces comics français qui ont forgé cette culture que l’on a actuellement du comics en France.

Si l’inconnu était l’Ombre, la Lumière était l’enthousiasme à la fin de la lecture. Un enthousiasme qui va perdurer et qui a perduré pour l’instant, puisque l’achat d’autres ouvrages de Jean-Yves Mitton a été fait et que l’on vous présentera ultérieurement d’ailleurs, mais aussi un enthousiasme d’être allé au-delà de certains préjugés qui aujourd’hui sont effacés et si Albert Camus disait :

La Bêtise insiste toujours

Hé bien plus tout à fait, car c’est franchement agréable à lire ! Et qu’il faut parfois faire de ses actes des bêtises pour s’en rendre compte, aujourd’hui n’avoir jamais trop voulu lire du Mitton (car trop vieux à mon sens) a été une bêtise et le tir a été rectifié. Conseiller cette lecture serait difficile pourtant, même si il y a eu un certain plaisir à découvrir ces héros français qui n’étaient connus que sur le papier.

Il faut également souligner le travail d’édition qui accentue réellement le côté vieille lecture façon Mustang et Titans ! Et en plus de cela, la fin de ce volume est remplie d’hommages à ces héros, à cette époque, par des artistes des plus formidables qui soit et que l’on aime beaucoup sur Comics Ovore, pour n’en citer que quelques uns (car il serait trop long de tous les citer) : Jean-Marie Minguez, Cyrille Munaro, Chris Malgrain, Bruno Bessadi, Julien Hugonnard-Bert

Ecrit par: Robin M
Mise en page par: Robin M
Corrigé par: Julien B
Comics Ovore le site qui dévore les plan … comic-book

»
4 Wonder Coms

    vermoreljulien

    16/03/2015 at 8 h 00 min

    2 héros 2 univers d’accord ,mais les 2 n’ont pas été créés par Jean-Yves Mitton puisque Photonik est l’invention de son collègue de chez Lug Ciro Tota, bien que JYM ait plusieurs fois écrit et dessiné les aventures de ce héros ,dont cet opus

      Robin M

      16/03/2015 at 8 h 00 min

      On est bien d’accord sur le fait que Tota est à l’origine de Photonik, c’est pour cela que dans la description du tome qui fait l’objet de cette review, je précise:
      Scénario : Jean-Yves Mitton
      Dessins : Jean-Yves Mitton / Couleurs: Reed Man
      Editeur : Delcourt
      Collection: Comics Fabric
      Sortie : 2013
      (Mikros : Création Originale de Mitton
      Photonik : Création Originale de Tota)

      Mitton est à l’origine de ce tome cependant!

    Arwenn

    17/03/2015 at 8 h 00 min

    Ces deux héros français font partie de me slectures d’enfant. je les ai découverts en même temps que mes premiers comics US, et à l’époque je ne faisais pas encore la différence des univers…
    De bons souvenirs avec les éditions LUG !

      Robin M

      17/03/2015 at 8 h 00 min

      Je voyais ces parutions étant jeune, mais n’y faisait pas réellement attention!
      Un peu comme par exemple les parutions de l’Archer Blanc dans le Journal de Mickey que je viens tout juste de découvrir avec l’édition faite par Original Watts et si c’était simpliste, mais quand même sacrément épique!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *