BREAKING NEWS

Nancy in Hell

bannière

Nancy

On vous a parlé bien souvent de Juan « El » Torres sur Comics Ovore, le scénariste derrière Le voile des Ténèbres (review dispo à la fin de l’article) ou Aokighara, la forêt des suicidés sans oublier le petit dernier paru chez RL-Comics que l’on a adoré ici. Et cette fois ci, on le retrouve chez nous avec Nancy in Hell paru chez Graph Zeppelin (inconnu au bataillon) et qui signe d’ailleurs une très belle édition qui n’a rien à envier à la concurrence. Peut-être une chose, une seule, le manque de petits plus, de petits bonus qui pourraient agrémenter cette édition car le récit se finit sur une belle double page et pouf, finiiiiiiii !

NancyEl Torres, n’est pas un scénariste de Comic-Books particulièrement mis en avant en France cependant, ses récits sont souvent poignants et cet auteur a montré à plusieurs reprises qu’il savait mener sa barque sur les récits d’horreur avec une ambiance angoissante quasiment permanente, et ici ? Eh bien, ce n’est pas le cas, mais on vous donnera plus de détails par la suite, le problème étant surtout que c’est un ensemble qui est mauvais ici et malgré la réputation d’El Torres dans le récit d’horreur. Il faut le dire aussi, c’est pire pour Ryp. Oui Juan José Ryp que l’on a connu avec son travail où il était pieds et poings liés avec Warren Ellis sur Black Summer ou No Hero, pourtant vous l’avez aperçu sur par exemple Wolverine : Le Meilleur dans sa partie (qui était bien dégueulasse au passage), du Robocop, Wolskin (il a fait seulement les 3 premiers numéros) ou encore La Vengeance de Moon Knight, … et comme pour El Torres, on en parlera plus en détails ci-dessous, mais on sent un Ryp bien moins inspiré sur ce Nancy in Hell que dans les parutions précédentes.

La faute à qui ? Aucune idée puisque les fautes de l’un ne sauvent pas celles de l’autre et inversement, mais il faut noter l’audace de ce nouvel éditeur d’avoir lancé ce comics chez nous au beau milieu d’un champ de bataille entre les plus gros. On notera aussi que GZ a pris l’une des plus belles cover (je crois bien qu’elle a été réalisée pour le TPB) et que l’on y aperçoit sous Nancy la tête d’El Torres. El Torres nous a dit que c’était une « Private Joke » de la part de Ryp !

Je ne sais pas ce que deviendra cet éditeur par la suite mais il a fallu avoir de bonnes grosses corones pour apporter Nancy in Hell chez nous !

Ce qu’il faut savoir avant de partir en enfer :

NancyNancy in Hell : Nancy est une jeune fille comme toutes les jeunes Américaines : joueuse, sexy et légère. Comme tous les jeunes gens, elle se croit immortelle mais, un jour, la mort frappe à sa porte. On dit que les filles pures vont au Paradis mais où vont les autres ? Nancy, elle, se réveillera dans un lieu peuplé de créatures effrayantes : âmes perdues, démons et ombres maléfiques, zombies, monstres en tous genres… Dans sa quête pour s’échapper de l’Enfer, Nancy trouve un allié inattendu : Lucifer lui-même. Ange déchu qui considère avoir purgé sa peine, il se liera à Nancy pour passer les épreuves qui les mèneront hors de l’Enfer. Armée de sa tronçonneuse, elle combattra toutes les créatures qui oseront se mettre sur leur chemin !

 {Dans vos Librairies} ou {Amazon}

Scénario :  El Torres
Dessins : Juan Jose Ryp
Editeur : Graph Zeppelin
Sortie : 2015

Rendez-vous en Enfer !

Et croyez-moi vous serez bel et bien en enfer car ici El Torres loupe le coche, son histoire n’est remplie que de stéréotypes sur l’Enfer n’apportant clairement pas grand-chose de plus. Mais pire que tout, où est passé le côté angoissant, ce que le Monsieur réussit d’habitude ? Disparu dans la nature pour servir une histoire violente à souhait qui ne ravira sûrement pas grand monde surtout que son héroïne est quant à elle, un cliché sur patte. Après de bonnes lectures de ce scénariste, je n’attendais pas forcément un comic-book incroyable mais quand même, bien mieux que cela, avec je l’espérais une vision plus horrifique de cet enfer et non pas une débauche de violence, qui n’apporte clairement rien et parfois, on pourrait presque avoir envie d’arrêter la lecture tellement cela en devient trop. Et Ryp içi n’arrange rien à la confusion du récit mais on en parlera ultérieurement.

Nancy

Il apparaît que El Torres est un peu le Suda « Goichi » 51 (Goichi est la prononciation du nombre 51) du comic-book, à toujours pousser plus loin les concepts de la violence et de l’horreur et j’en passe. Si le lien se fait automatiquement c’est que la comparaison avec un certain Lolipop Chainsaw de ce Suda51 est flagrante avec le personnage principal. Mais l’un comme l’autre font parfois des erreurs et rendent les choses trop simplistes ce qui, au final, n’apporte pas grand-chose. Et il faut le dire, El Torres se vautre vraiment sur ce Nancy in Hell !

Sincèrement pour faire simple et franc, je me suis fait un peu chier en lisant Nancy in Hell, n’avançant dans la lecture que parce qu’il fallait finir l’ouvrage. Et c’est avec regret car les précédents ouvrages que j’ai lu du monsieur, ne sont pas mauvais en soi et m’ont même je l’avoue bien plus (surtout Westwood Witches), mais là, rien ne va !

C’est un Enfer visuel !

La deuxième surprise étant Juan Jose Ryp, qui s’enfonce au fur et à mesure de l’avancement dans les comics ! Et c’est un peu le même schéma que l’auteur, voir de nouveau ce dessinateur après les très bon No Hero ou encore Black Summer était vraiment un plaisir, mais il ne faut pas oublier la déception qu’a été Clones pour moi par exemple, miser sur Ryp était normal donc ! Mais soit la mise était trop grosse, soit il n’aurait pas fallu du tout miser sur le dessinateur après une déception car Nancy in Hell est une nouvelle déception.

Et si Clones n’a pas marché, le travail du dessinateur derrière était assez incroyable cependant, le problème venait plus de l’ensemble alors qu’ici on sent que Ryp alterne son dessin entre le vite fait / mal fait et le détail (comme à son habitude), sauf qu’il y a un énorme souci de colorisation mettant beaucoup trop de couleurs chaudes (peut être normal, c’est l’enfer), mais cela devient méga agressif à la moindre page. Vu que superposé à cela le récit ne fonctionne pas,  ça devient de plus en plus pénible au fur et à mesure de la lecture et chaque page tournée est un calvaire.

Une lecture d’enfer ?

Nancy

Extrait de Nancy in Hell: On Earth

Une lecture infernale plutôt me parait être la bonne phrase, on se demande même parfois quand cela va s’arrêter ! Il semble que si vous voulez lire du très bon El Torres, il faudra plutôt vous tourner vers ses récits publiés précédemment et s’il vous plaît prenez le même chemin pour Juan José Ryp car pas sûr que vous preniez du plaisir sur ce Nancy in Hell ! Quel Enfer !!!Si les 9 cercles que présente Dante dans sa Divine Comédie ressemble à cela, je veux bien rester chez moi!

En tout cas, si c’est le cas, je demande clairement à en discuter avec toi lecteur et comprendre ! Et malgré cela, si sa suite Nancy in Hell: On Earth sortait, je serais le premier à la prendre puisque l’on change de dessinateur et que c’est bien plus propre.

rejectedEcrit par: Robin M
Mise en page par: Robin M
Corrigé par: Julien B
Comics Ovore le site qui dévore les plan … comic-book
« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *