BREAKING NEWS

bannière

Parfois, il est marrant de constater ce qui fait vendre un ouvrage, peu importe sa forme, son contenu, il y a ces éléments qui frappent d’entrée de jeu et c’est exactement ce qu’il s’est passé ici ! La couverture est frappante et permet de se faire rapidement une idée quant au contenu avec certainement un Thriller à tendance horrifique, puis le deuxième élément qu’est John Arcudi oriente indéniablement le lecteur en appuyant sur l’indice précédent de « Thriller », puis il y a évidemment le résumé sur la quatrième de couverture qui vous invite à découvrir un récit thriller / policier (sans horreur) et connaissant le nom d’Arcudi, on en attend beaucoup ! Comment ça, c’est qui Arcudi ? Ce monsieur est principalement connu pour son travail en collaboration avec Mike Mignola le GRAND ! Connu et même reconnu puisqu’il scénarise l’ensemble de parutions liées à Hellboy, de B.P.R.D en passant par Abe Sapien, sans oublier non plus Lobster Johnson et Witchfinder. Arcudi n’a donc plus grand-chose à prouver niveau récit d’enquête policière / fantastique / thriller et pourtant aujourd’hui avec The Creep, on le retrouve accompagné de Jonathan Case pour nous sortir un nouveau récit de ce genre. Mais que peut-il apporter de plus ? Est-ce une énième pierre à son édifice ? Est-ce le retour au policier par un sacré auteur ? Tout cela vous le verrez dans les lignes qui suivront !

J’avoue avoir été surpris par la publication de « The Creep » chez Urban ! On sait que l’éditeur de Comics de Dargaud aime piocher dans l’indé pour pousser toujours son catalogue vers l’avant et parce qu’aussi ,soyons franc 2 minutes, il y a depuis quelque temps une vague du Comic-Book indé qui se développe dans notre bel hexagone ! Surpris, car je pensais voir un jour ce récit arriver chez nous, mais plus chez Delcourt car c’est déjà l’éditeur de quasiment l’ensemble des travaux de Arcudi et puis que, bêtement je pense plus souvent à Delcourt quand on me parle Comic-Books Indé !

Cela fait tellement longtemps que Arcudi ne s’est pas attaqué à autre chose qu’à l’univers d’Hellboy et l’achat de cet album a été fait en parti pour lui mais sans la réelle conviction de lire un récit poignant. Pourtant, adorant particulièrement cet homme, il paraissait évident d’aller le voir sur un « autre terrain ».

Ce qu’il faut savoir pour mener une bonne enquête :

the creepThe Creep : Avec le détective privé Oxel, John ARCUDI dote son polar de l’un des personnages les plus attachants du genre. Une œuvre sombre et profondément humaine. Un adolescent se suicide deux mois après la mort de son meilleur ami. Désespérée par l’incompétence des autorités, la mère de la victime contacte un amour de jeunesse, le détective privé Oxel Kärnhus. Le corps déformé par une maladie dégénérative, Oxel possède le physique d’un monstre et une sensibilité à fleur de peau. La peur et la pitié qu’il inspire lui seront d’une aide précieuse dans son enquête.

{Dans vos Librairies} ou {Amazon}

Scénario : John Arcudi
Dessins : Jonathan Case
Editeur :Urban Comics
Collection : Indies
Sortie : 2014

Un mélange des styles

Il faut avouer que Case n’est pas encore très connu dans nos verte contrées puisqu’aujourd’hui The Creep est sa deuxième parution à arriver chez nous, la première étant « Le tueur de la Green River » chez Ankama. the creepMalgré cela Case, n’est pas un illustre inconnu aux US car c’est le dessinateur de Batman ’66, le comic-book issu de la série éponyme ! L’avantage de Case sur ce récit c’est son style très « Comic-Book » allant emprunter aux codes du genre avec un effet « cartoon » sans non plus faire dans le Bruce Timm ou autre Darwynn Cooke, mais en restant accroché à un style que l’on ne voit plus beaucoup. Même si le sujet n’a pas de rapport, l’impression de lire ces Comics que sont Archie, Peanuts, etc est réellement présente en voyant The Creep et pourtant, au premier abord, le récit pourrait faire penser qu’il ne se prête pas du tout à cela. Et bien c’est tout le contraire ! Ça renforce le côté polar du scénario.

Mais il faut noter aussi que Case a su faire des moments présents et passés du récit un avantage, puisque on voit un style différent pour chaque partie et ça donne véritablement du cachet encore une fois au récit, puisque, sans trop vous spoiler, les événements passés (ou les hallucinations du héros) accentuent la compréhension du protagoniste dans l’enquête et ceux-ci sont souvent plus viscéraux que ceux du présent. Et c’est là que Case argumente cela avec un trait plus crayonné mais aussi plus fouillis, appuyant sur les émotions des personnages, sans mettre de côté une colorisation plus vive mettant en avant les moments clefs.

Case a été une découverte vraiment ici car j’avais déjà lu 2 Batman ’66, sans accrocher plus que cela et son travail ici mérite vraiment que l’on se penche dessus !

the creep

Arcudi hors du Mignola-Verse

Passons au tour d’Arcudi, et à ce que vaut son scénario, car si l’on regarde de plus près, on peut clairement y voir un énième récit sans plus et n’apportant de prime abord, pas grand chose. Et bien c’est à la fois ça, sans l’être pour autant ! On s’explique : Arcudi maîtrise ses séries mélangeant Thriller et Fantastique.
the creepAujourd’hui on se concentre sur le Thriller avec un polar pur et dur et, sur ce point, le sujet marche terriblement, puisque que l’on est pris dans cette enquête et on ne désire qu’une chose, connaitre le dénouement. Un dénouement qui surprend de plus là où beaucoup se vautrent dans quelque chose de souvent convenu et sur ce point, on prend un réel plaisir avec The Creep.

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas lu un très bon récit policier comme celui-ci. C’est vrai que je me suis posé la question de savoir si l’auteur que l’on n’avait pas vu sur autre chose depuis belle lurette serait à la hauteur, je me suis clairement posé cette question et avec le paragraphe du dessus, vous avez un élément de réponse, mais qu’un seul !

Car oui il apparaît dans le résumé de la quatrième de couverture que le côté Hyde et Jekyll de Oxel (notre protagoniste / enquêteur) aura des répercussions sur le récit et bien, ayant attendu cela tout le long du récit, je le cherche encore. Alors autant le côté Jekyll a son importance car le Oxel se sent comme investi de cette mission pour son ancien amour de jeunesse, mais le côté Hyde, même s’il est présent visuellement, n’apporte clairement pas grand-chose sur le dénouement de l’enquête.

Sur ce point il apparaît une légère déception car plus le dénouement avance, plus on se demande l’importance de son physique et pouf le dénouement est là, d’ailleurs, un petit aparté sur une fin qui n’est pas extraordinaire, mais qui marche extrêmement bien et sait quand même un minima surprendre !

Bouclons l’enquête!

Je ne savais pas ce que donnerait John Arcudi après tant de temps passé sur les séries annexes d’Hellboy et bien j’ai été agréablement surpris !

Une surprise qui se mérite sur un rythme lent mais qui mène une enquête prenante où chaque page donne envie d’en lire plus ! Et C’est tout ce dont on a besoin, qui plus est avec un récit policier comme celui-ci. A n’en pas douter c’est réussi et au final, on aimerait en voir plus ! Il faudra noter aussi en plus de la galerie d’illustrations habituelle, une sorte de Sketchbook intégré présentant les essais de cover, et quelques mises en page agrémentées de notes de la part de John Arcudi. Cela peut paraître mineur, mais c’est toujours agréable d’avoir ce genre de bonus permettant de voir un peu plus le travail effectué en amont de ce que vous tenez entre les mains.

Le style de Case pourra rebuter les fervents défenseurs de comics mainstream, pensant qu’il n’existe que cela et que le comics passe automatiquement par les super-héros. Pourtant, au final, on peut difficilement faire plus comics et ça fait plaisir de voir ce genre de trait tellement simple qu’il en devient jouissif et que l’on en veut plus également ! Après ce petit coup de gueule, j’invite toute personne ayant lu cet article à feuilleter au moins ce « The Creep » puisque c’est un véritable coup de cœur malgré quelques petits défauts !

Ecrit par: Robin M
Mise en page par: Robin M
Corrigé par: Julien B
Comics Ovore le site qui dévore les plan … comic-book
« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *