BREAKING NEWS

Un tueuse à Nanarland! [Anniversaire]

Pour fêter l’anniversaire de notre blonde préférée, penchons-nous sur ses origines et abordons le film de 1992. Film qui, ô joie, a été scénarisé par le très estimé Josh Whedon ! Et bien je préfère prévenir tout de suite, il n’a, à priori, pas grand chose à voir avec la série. De plus il n’est pas canon, cela signifie qu’il ne s’inscrit pas dans la continuité de la série et des comics. Mais est-il à éviter ?

Buffy Tueuse de vampire ,de Fran Rubel Kuzui, 1992.
Distribution
Kristy Swanson : Buffy
Donald Sutherland: Merrick
Paul Reubens : Amilyn
Rutger Hauer : Lothos
Luke Perry : Marcel

Que regardons-nous?

Le film souffre d’un énorme défaut : vraisemblablement personne n’a été d’accord quand au ton à apporter. On passe du cool et branché, au comique, puis au sombre qui essaye de l’être mais qui n’y arrive pas, rendant une situation qui se veut effrayante, totalement grotesque. Et c’est véritablement problématique.

La noirceur que suppose un monde peuplé de vampires prêt à vous tuer pour une simple faim, ou plaisir, est complètement oubliée par le spectateur qui se demande ce qu’il regarde. Confusion d’autant plus grande que le métrage s’ouvre sur une scène d’époque nous expliquant le combat mené par l’élue, la « terreur » (oui merci la v.f) , dans le but de sauver l’humanité des démons qui foulent notre terre.

La scène est bien réalisée, la musique colle parfaitement à l’ambiance, nous y croyons, nous frissonnons, nous voulons voir…Bichette.  BICHETTE ?

Bienvenue à Nanarland

Oui dans ce film le nom Buffy est traduit par Bichette. Ok, j’ai une révélation. Ici, nous sommes clairement face à un nanar (et croyez moi, il faut le regarder en V.F sinon vous perdez une partie du charme). Mais pour être sûr que nous parlons de la même chose donnons-en une définition (celle de Wikipédia, je m’excuse d’avance) :

Un nanar est, dans le langage familier, un film tellement mal réalisé et ridicule qu’il en devient involontairement amusant et comique. Le nanar diffère du navet par son aptitude à divertir. Le nanar amuse par ses défauts tandis que le navet est simplement mauvais et ennuyeux (en référence au goût fade du légume du même nom).

Le film en est donc un. Mais pourquoi ? Attendez, j’ai peut-être quelques éléments de réponse : les dialogues « comiques »,les situations stupides, les nunuches (vous préférerez vous mettre des pointes dans les oreilles que des les écouter) , les basketeurs écervelés, les pom-pom girls, les « froufrous »,  le bal de fin d’année, le rapport à l’alcool, les bijoux, les fringues, la musique… Enfin résumons simplement par « les clichés d’ado américain californien du début des 90’s » Chose importante : les vampires sont ridicules, et pour deux raisons.

Le cabotinage des acteurs les interprétant (je préfère dire qu’ils cabotinent c’est plus sympa que de dire qu’ils jouent mal) et l’esthétique choisi pour les représenter. Des dents longues ridicules, des oreilles ridicules, un teint blanc ridicule, des vêtements ridicules. Bref ils sont ridicules. Mention spéciales à Rutger Hauer qui nous offrent sa pire prestation. C’est dommage, il était bien dans Blade Runner.

Et là vous vous dîtes « mais comment en sommes-nous arrivé à la Buffy qui passait le samedi soir dans la trilogie du samedi ? » Bonne question. Alors oui je sais le film a des excuses. Joss Whedon et Fran Rubel Kuzui n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur l’ambiance générale.

Et puis la Fox a procédé à de nombreux remaniements afin de plaire aux teenagers de l’époque, ce qui a, fatalement, énormément changé le résultat final. Bref le film a souffert de sa post-prod jusqu’à sa pré-prod. Mais quand même pour moi Buffy ce n’est PAS ça.

Et c’est justement ça le problème. Puis-je réellement détester ce film ? Ou plutôt, est-il  à blâmer ? Ma déception est-elle entièrement  de sa faute ? Ne me serais-je pas trompé du tout au tout ?

Merci Bichette

En visionnant ce film, je me suis trouvé face à un problème, et ce problème c’est moi. Je n’ai pas voulu l’accepter, car mon bagage pop-culturel m’en a empêché. Je ne me suis pas mis dans la peau d’un spectateur de 1992, le découvrant pour la première fois en salle. J’ai choisi la solution de facilité : gueuler contre « un vieux truc nul tout pourri ». Il a pourtant des qualités et notamment de poser les bases de la série.

On découvre avec plaisir que certains personnages ressemblent étrangement à d’autres bien connus des fans (j’ai laissé un indice dans le texte). Mais pour moi son intérêt c’est son message féministe adressé aux adolescentes et adolescents, la « future » génération de l’époque.

La réalisatrice réussi à montrer l’évolution du personnage de Bichette. Elle qui était dépeinte comme une jeune fille stupide, passant ses journées à faire la pom-pom girl et à traîner dans les centre-commerciaux, s’est finalement avérée être une femme forte, seul rempart contre les menaces occultes. C’est pourquoi je pense qu’il faut arrêter de faire le procès de ce film, je dirais même qu’il faut le remercier.

C’est son échec qui a poussé Whedon à réanimer Buffy.

C’est précisément grâce à ce vieux « truc tout pourri » et à la volonté sans faille d’une jeune scénariste, que nous avons pu voir sur nos petits écrans cette magnifique série. Nous fêtons ses 20 ans sur Comics Ovore. et je n’ai qu’une seule chose à dire:

Merci Bichette

Ecrit par: Breizh Comics
Mise en page par: Robin M
Corrigé par: Julien B
Comics Ovore le site qui dévore les plan … comic-book
« »
3 Wonder Coms

    LesCarnetsdeZoé

    09/03/2017 at 12 h 30 min

    Je trouve que la scène de mort du méchant devrait être partout sur Youtube. C’est tellement culte.

      Robin M

      09/03/2017 at 12 h 30 min

      Je pense qu’en plus des noms en VF, c’est pour moi: LA scène qui le rend si “nanardesque”

      Micha El

      09/03/2017 at 12 h 30 min

      J’avoue que j’ai un peu halluciné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *